PERC: Lettre de soutien

Comme organisations membres du Conseil Régional Pan-Européen (PERC), nous avons décidé de soutenir la candidature de Susanna CAMUSSO pour être la prochaine Secrétaire Générale de la CSI.

Ce choix se base sur notre expérience de ces dernières années et sur l’analyse des projets proposés par les deux candidates.

Avec ce choix, nous souhaitons participer à une nouvelle étape de l’histoire du mouvement syndical international qui réponde aux principaux défis actuels avec une CSI tournée vers l’avenir mais fidèle à ses principes fondateurs et à ses valeurs de démocratie, d’unité, d’inclusion et de solidarité.

Nous voulons revenir à une CSI qui s’enrichit de la diversité de tous ses membres et génère la confiance et l’engagement de la part de toutes les organisations provenant de toutes les régions du monde, des plus petites aux plus grandes.

Nous voulons un Secrétariat de la CSI qui soit au service de ses affiliés, un Secrétariat de la CSI qui écoute et accepte de refléter, dans ses domaines de compétence, les besoins et les préoccupations de tous ses affiliés, un Secrétariat de la CSI capable de proposer une ligne politique et une coordination consensuelles concernant les problèmes liés à la gouvernance mondiale.

Nous voulons un Secrétariat qui respecte les règles de la bonne gouvernance et de la démocratie interne. Nous voulons le retour au respect de l’ensemble de notre Constitution. Nous voulons que les organes constitutionnels jouent à nouveau pleinement leur rôle. Le Bureau exécutif doit se réunir
réellement. Le Conseil Général doit redevenir un organe décisionnaire et non plus un simple groupe informé rétroactivement et qui en est réduit à endosser des décisions déjà prises par le Secrétariat.

Nous voulons retrouver une réelle transparence et une responsabilité dans la gestion financière et administrative de notre organisation internationale. Les syndicats vivent des temps difficiles et nous devons être prudents pour fixer les priorités et les dépenses qui y sont liées. Les décisions doivent être prises avant que l’argent ne soit dépensé, particulièrement lorsqu’il s’agit d’engager de grandes dépenses.

Nous voulons une stratégie syndicale qui redonne la priorité à la défense des syndicalistes menacés, des droits syndicaux et des normes du travail et qui milite en permanence pour un syndicalisme libre, indépendant, démocratique et représentatif dans le monde entier. Le plaidoyer et la communication sont importants mais doivent être basés sur une stratégie syndicale. Mener des campagnes syndicales n’est rien si ceci n’est pas basé sur la mobilisation des syndicats et de leurs affiliés. Faire entendre notre « voix » est important mais nous sommes aussi un partenaire social, capable de développer des propositions concrètes et prêts à prendre nos responsabilités.

Nous voulons améliorer la coopération au sein du mouvement syndical international entre le siège de la CSI à Bruxelles, les Régionales CSI, les Fédérations Syndicales Internationales (GUFs), les syndicats nationaux et le TUAC. Il faudra se concentrer en particulier sur la division du travail et des tâches entre le siège de la CSI et les Régionales CSI et examiner les conséquences sur les budgets respectifs pour réaliser cette division. La CSI et ses organisations régionales pourraient aussi développer une politique plus efficace et cohésive en cherchant à influencer les organes de décisions des institutions politiques régionales.

Nous voulons renforcer la coopération et les alliances avec les organisations de la société civile (ONG et mouvements sociaux), basées sur des valeurs partagées et dans le plein respect des compétences et natures différentes des parties.

Nous voulons une stratégie syndicale qui remette l’OIT au coeur du système de gouvernance global. Ceci implique des décisions prises après des discussions démocratiques dans les instances de la CSI et dans le Groupe des travailleurs de l’OIT. Cela implique aussi une meilleure coopération et
cohérence avec ACTRAV. Enfin la CSI doit renforcer le dialogue critique qu’elle mène avec les Institutions Financières Internationales par une mobilisation de ses membres au niveau national.

C’est pour relever tous ces défis et réaliser ces objectifs que nous avons décidé de faire confiance à Susanna. Nous avons besoin de retrouver une CSI unie et solidaire et un Secrétariat au service de tous ses affiliés.

26/10/2018

FGTB – BELGIUM
CFDT, CGT – FRANCE
DGB – GERMANY
CGIL, CISL, UIL – ITALY
NSZZ Solidarnosc – POLAND
CCOO, UGT, USO – SPAIN